Anne-Claire : « Je mets mon expérience de SDF au service d’Entourage, comme directrice du comité terrain. »

30 janvier 2017

Anne-Claire évoque ses souvenirs d’ancienne femme à la rue avec une franchise qui désarçonne. Aux côtés d’Entourage pour tisser des liens de solidarités auprès des sans-abris, l’engagement solidaire auprès des SDF a désormais une app.

A la rue on tombe facilement, on en sort plus difficilement

Je suis restée à la rue 17 ans, à partir de 18 ans, dans le dix-huitième. Une petite association m’a reprise en main et m’a trouvé un appartement. Je t’assure je n’ai pas été facile à apprivoiser. C’est pour mes enfants que je suis sortie de la rue. Ils ont 16 et 12 ans maintenant. J’ai mis dix ans à me reconstruire. Et je suis prête à aider les autres.

Il y a des moments où tu prends tout au premier degré, tout est difficile. Mais il y a aussi des moments où tu peux te relaxer un peu plus, et donc apprécier ta vie. Moi j’aime Paris, j’aime les pierres, j’aime me promener et prendre des photos. Mais bon, ça reste 30 minutes par jour. C’est vrai que le reste du temps tu es toujours sur le qui vive. Il y a aussi des déconnades sérieuses entre SDF. Et l’amour aussi. Les SDF, ils ont des journées de 24 heures, comme vous.

« Au-delà des amitiés, comme on habite les uns à côté des autres, il y a plein d’histoires de voisinage. « Je t’ai piqué ta femme cette nuit là, tu savais pas ? »
Moi j’appelle ça Les Feux de l’Amour de la Rue. »

Détruisez vos préjugés

A la rue on ne meurt presque jamais de faim. J’ai des copains SDF qui en ont ras-le-bol, à la fin de la journée, ils ont dix sandwichs et vingt compotes. Ceux qui meurent, ce sont ceux qui n’ont plus la capacité psychologique, qui sont dans le refus extrême. Ce sont ceux qui ont complètement perdu la notion de communauté, d’entourage bienveillant. Et puis là encore, ce sont des périodes. Ça va durer six mois, ensuite ils vont rechercher de nouveaux liens. C’est là qu’il faut les aider.

Les problèmes principaux que les SDF doivent affronter ? Pour les femmes c’est la violence. Pour les hommes, l’isolement. Et puis l’hygiène, c’est un problème. On oublie que les femmes SDF restent des femmes, et qu’elles ont besoin de produits d’hygiène intime. Chaque matin, à 6h, si tu te lèves tu verras du monde se lever pour se laver dans les squares où l’eau sort gratuitement.
C’est pour cette raison que les maraudes-douches sont très importantes, parce qu’il est difficile de se laver. Les maraudes-douches, c’est un camping aménagé, avec une moitié réservée à des toilettes/douches, et l’autre moitié avec du café et des vêtements propres. A Paris, c’est Mobil’douche qui fait ça, et ce sont des pionniers.

Anne Claire, responsable du Comité de la Rue, composé par d'anciens SDF

Entourage, appli solidaire

Chez Entourage je suis directrice du Comité du Terrain. On est six, des anciens SDF et des SDF actuels. On est les garde-fous des actions d’Entourage.

Entourage est une application qui met en lien les riverains et les SDF. On est venu me chercher très vite, pour mes conseils. Je mets mon expérience de SDF au service de gens qui réfléchissent mais qui n’ont pas les réflexes de la rue.

Conseils d’une vétérane

C’est comme tout le monde, les SDF. Il y a des moments où ils ont envie de parler, d’autres où ils n’ont pas envie, et alors il faut les laisser faire. Peut être il n’a pas envie de discuter parce qu’il a mal au ventre. Ou tout simplement parce qu’il n’a pas envie. Il ne faut jamais le prendre pour soi, jamais se vexer, toujours revenir.

« N’assume rien sur le sans-abris qui est en face de toi. Demande-lui ce dont il a besoin, au lieu de lui tendre quelque chose sans rien lui demander. Si la personne aime marcher, c’est d’une bonne paire de baskets qu’il a besoin. »

Si tu souhaites vraiment l’aider, ce qui est le plus important c’est la création du lien. C’est exactement le but d’Entourage. Ça ne se fait pas comme ça, en claquant des doigts. On ne jette pas une soupe, mais on prend du temps. Crée le lien immédiatement, dans le présent. Ne te dis pas : « Oh c’est pour la semaine prochaine ». Joue aux cartes avec eux, si ça te dit. Le jeu de cartes est un prétexte : en 5 minutes tu auras créé le lien. Ils t’auront repéré, et c’est eux qui t’attendront la prochaine fois.

Enfin, fais très attention si tu aides un SDF. Parce que si tu lui donnes de l’espoir, il faut être assez responsable pour aller jusqu’au bout. Si tu lui tends la main, tu t’engages. Pas de fausses promesses. Ces gens sont tellement fragiles, psychologiquement, que ça peut tourner très mal. Il ne suffit pas seulement d’ouvrir une porte : encore faut-il les accompagner. 

Anne Claire, ancienne SDF est maintenant bénévole pour Entourage